Musée du jeu video : Microsoft Game Room

J’ai eu la chance de vivre la belle époque des salles d’arcades. Ces salles étaient, outre un endroit pour brûler quelques 25 sous durement gagnés, un endroit de rencontre et de socialisation. Tous les vendredis, nous nous regroupions à l’arcade du coin pour, outre jouer, discuter et fumer quelques cigarettes en cachette, bien à l’abri du regard de nos parents. Pourquoi toute cette histoire? Pour expliquer pourquoi j’ai cet intérêt pour les vieux jeux d’arcade. Car, en 2014, dire qu’il est amusant de jouer à Centipede a de quoi soulever beaucoup de questionnement.

Notre avatar est propulsé dans une espèce de mail comportant plusieurs salles vides. Chacune d’entre elles peut être décorée selon des thèmes pré-conçus. Bien sûr, ces thèmes et accessoires sont purement esthétiques, mais il est très intéressant et amusant de pouvoir décorer à notre goût. Il est aussi possible d’acheter (si ceux offerts gratuitement ne vous intéressent pas), au coût de quelques points Microsoft, des accessoires pour meubler ces salles. Bon, je n’ai jamais vraiment compris ceux qui payent pour acheter des trucs décoratifs, mais ça ne fait pas de mal à personne et il est inutile de s’attarder sur la question. Puis, finalement, le plus important, l’achat des bornes d’arcades.

Présentement, le choix est, de un, restreint et, de deux, plutôt, comment dire, inintéressant. À moins d’être un vrai maniaque de jeux rétro, ceux proposés pour l’instant sont, à mon humble avis, beaucoup trop chers pour ce qu’ils valent vraiment. Sauf que si l’idée est d’offrir tous les titres au même prix, il est bien évident que le concept deviendra très avantageux pour les joueurs. Donc, pour en revenir au jeu, présentement, il y a quelques titres disponibles pour les machines Atari 2600, Intellivision et bornes d’Arcade des années 80. Pour les besoins du dossier, je me suis procuré Lunar Lander, Astrosmash, Road Fighter et le grand classique Combat.

Premier constat : ces jeux ont mal vieilli. Il faut bien comprendre qu’il s’agit d’émulation exacte et sans retouche des originaux. Sons stridents, cubes unicolores, mouvements pénibles et imprécis, contrôles archaïques, c’est totalement inintéressant. Je me demande comment j’ai bien pu réussir à m’amuser des soirées entières avec ce genre de jeux. N’empêche que pour ceux cherchant à se ressourcer et à sombrer dans une nostalgie complète, il n’y a pas mieux. Ce qu’il faut dire, c’est que la Game Room est un projet en constante évolution et je suis certain qu’au fil des ajouts, elle deviendra très attrayante et intéressante. Il y a aussi quelques options bien pensées comme, par exemple, les défis. Cette possibilité permet aux joueurs de se défier entre eux et de battre les « High Scores », comme à la belle époque. Chaque jeu vient avec un petit historique, ce qui est très intéressant pour les amateurs d’histoire dont je fais partie.

Je crois que le succès de cette salle reposera sur une seule donnée : le prix des jeux. Payer 240 points pour des jeux tels que Astéroïds ou Lunar Lander a de quoi faire grincer des dents et j’ai eu énormément de difficulté à débiter mes précieux points pour de tels titres. Sauf que si le prix reste toujours le même et qu’il permet d’acheter, plus tard, des jeux plus récents pour le même prix, alors je crois que le succès sera au rendez-vous. Tout va se jouer là. J’espère sincèrement que cette salle fonctionnera car, pour une fois, jouer à de vieux jeux ne se résume pas à des interfaces austères et un environnement froid et sans vie. De plus, la conception de cette salle de jeux est des plus réussies. Bref, tous les ingrédients y sont, reste à voir si la recette sera efficace et que le tout ne tournera pas à la surexploitation commerciale.

 

La Game Room est un véritable musée, un hommage très réussi aux jeux vidéo. De regrouper de vieux titres et de permettre d’y jouer en version originale dans un environnement virtuel thématique (salle d’arcade), cela vient de faire passer l’émulation vers un autre niveau. Reste à voir si le mercantilisme auquel nous commençons à être habitués viendra étouffer ce magnifique projet.