culture et histoire des jeux vidéos

articles jeux vidéos et analyses du phénomène numérique

By

sociologie du gamer : pourquoi je me suis séparé de ma Nintendo 3DS

Vous le savez probablement, j’avais il y a quelques jours encore une Nintendo 3DS. Je dis bien il y a quelques jours car je l’ai vendue depuis. Dans cet article, je vais donc vous expliquer pourquoi je n’ai pas accroché à la Nintendo 3DS, et pourquoi j’ai été totalement déçu. Je risque peut-être d’y aller un peu fort, mais au moins, je serais honnête et je donnerais librement mon point de vue. D’aures témoignage de sociologie du gamer : http://www.tags-graffitis.net/blog/

Au début, tu es emballé mais alors après…

Dès le 1er lancement de la console, j’ai été très satisfait et je vous en avais d’ailleurs parlé sur twitter ainsi que sur ce blog. Il se trouve qu’en regardant l’historique de jeux de mon ex-Nintendo 3DS, je me suis rendu compte que depuis le mois d’avril, je n’avais pas lancé ma console plus de 10 minutes. Forcément, la 3D qui me donne mal à la tête (felix ne la perçoit même pas d’ailleurs…), aucun jeu sur lesquels je prend un réel plaisir à jouer, une innovation qui est presque inutile et j’en passe des meilleurs ! Bref, pour moi c’est une déception totale. J’irais même jusqu’à dire que c’est pour moi 250€ jetés par la fenêtre.

La 3D ca va 5 minutes !

L’effet 3D ne marche qu’un certain temps (du moins au niveau de l’appréciation). Au début c’est « Whaou ! », puis on le fait essayer à quelques amis et on obtiens des « Mais c’est super ! » ou bien des « Génial ! » mais ça ne dure qu’un instant. J’avais beau avoir testé un bon petit nombre de jeux, je n’ai pas eu un seul coup de cœur (même pour Zelda…). J’attendais les Kid Icarus, Super Mario ou bien Mario Kart mais ça arrivera bien trop tard pour moi. Une console qui avait pourtant l’air d’être vraiment promise à un bel avenir en perspective (du moins avec ce que l’on en avait vu avant sa sortie) mais une fois en main, c’est la déception. Je n’ai pas voulu attendre non plus avant de la revendre pour la simple et bonne raison qu’elle risquerait probablement de perdre de la valeur.

250€, oui à la portée de tous !

Nintendo m’a berné avec tout ce que j’ai reçu comme communiqués de presse, qui vantait les mérites d’une console révolutionnaire, oui c’est vrai. 250€ pour avoir des maux de crâne, des jeux médiocres et j’en passe, ça c’est de la révolution ! Une chose est certaine, je ne verrais plus les consoles portables de Nintendo comme avant (et pourtant j’ai l’habitude d’acheter toutes les consoles Nintendo à leurs sorties). Pour être honnête, cette expérience me repousse dans l’achat de la prochaine console de salon, la Wii U, qui n’a certes pourtant rien à voir, mais rien que le mot « Nintendo » ne me fait plus rêver.

Le prix est tout de même exorbitant à côté de celui auquel sera proposé la PlayStation Vita (que je risque fortement de me prendre après cette déception, qui elle ne pourra en aucun cas me décevoir plus que cette fichu Nintendo 3DS).

Oui, totalement décu.

Au final, j’ai vendu la Nintendo 3DS pour pourvoir m’acheter à moindre coût la PlayStation 3 et c’est certain que je ne regrette pas et que je ne regretterais pas à l’avenir. Je critique Nintendo, je critique Microsoft et je vante les mérites de PlayStation mais sachez que pourtant Nintendo m’a toujours un peu plus attiré dans ses consoles, et je pense tout simplement qu’aujourd’hui la roue a tournée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils